utilisateur
menu wellpharma

Blessures de la main : prévention et premiers secours

Chaque année, plus de 1,5 million de personnes se blessent à la main. Ces coupures, écrasement, fractures… surviennent la plupart du temps dans le cadre de nos activités quotidiennes. Redoublons de vigilance avec Stéphanie Serre, infirmière à SOS Mains – Médipôle Lyon Villeurbanne.

Blessures de la main : prévention et premiers secours

Quelles sont les blessures des mains prises en charge par SOS Mains, au moment des fêtes de fin d’année ?

Elles ne sont pas spécifiques même si bien sûr, à cette période de l’année, nous recevons peut-être un peu plus de personnes qui se sont blessées avec un couteau à huitre ou qui qui se sont coupées en cuisine avec une lame ou de la vaisselle brisée.

Y-a-t-il moyen de les éviter ?

La plupart des accidents surviennent à un moment d’inattention. Pour éviter de se blesser, on reste concentré sur la tâche à accomplir, on regarde ce que l’on fait… Mieux vaut éviter aussi de toujours vouloir « aller vite » : on débranche le robot mixeur avant de mettre les doigts dedans, on utilise le poussoir quand on se sert d’une mandoline… Et on n’essaie pas d’imiter le geste du professionnel « vu à la télé » qui réussit à ôter le noyau d’un avocat ou à ouvrir une noix de coco d’un seul coup de couteau ! Dans ces cas-là, ce sont les doigts qui dégustent !

Quand on se blesse : que faire (et ne pas faire !)

Le risque majeur, c’est l’infection. Donc le premier réflexe doit être de désinfecter la plaie avec du savon ou, mieux, une solution antiseptique. Puis on recouvre la blessure avec un pansement. Si l’on saigne beaucoup, le mieux est de rouler quelques compresses qu’on applique sur la blessure avant de la recouvrir d’une bande adhésive. Quand la plaie est vaste et/ou profonde, il faut consulter, de préférence un spécialiste dans un centre dédié aux soins de la main. Et ce, le plus vite possible ! En attendant, on place la main blessée au-dessus du niveau du cœur, sur l’épaule opposée, par exemple. Surtout, on ne met rien d’autre que du désinfectant sur la plaie et on n’applique pas de garrot.

Et si l’on s’est coupé un morceau de doigt ?

Si la blessure se situe en dessous de la moitié de la deuxième phalange, on le récupère et on ne le place surtout pas directement dans de la glace mais dans un sachet à part : la partie arrachée ne doit pas être en contact avec la glace au risque de geler ! Et on file aux urgences (si possible dans un centre SOS mains).

Et si l’on s’est enfoncé un pic, un clou…dans la main ?

Inutile de chercher à le retirer au risque de faire encore plus de dégâts : là encore, on file aux urgences ou dans un centre SOS main avec le corps étranger fiché dans la main !

Et dans la panique, on pense bien à se faire conduire dans un centre de soin : il est risqué de prendre soi-même le volant…

Trouvez les centres Fesum (fédération des services d’urgence de la main) ici : http://www.fesum.fr/carte-des-centres-fesum

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Stéphanie Serre, infirmière à SOS Mains – Médipôle Lyon