utilisateur
menu wellpharma

Enquête exclusive : Covid-19 Acte 2

En avril dernier, vous nous aviez confié vos inquiétudes et vos espoirs face à la Covid-19 et au confinement. Fin 2020, alors que le nombre des malades repartait à la hausse, wellpharma a voulu en savoir plus sur leur état d'esprit.

Enquête exclusive : Covid-19 Acte 2

Un 2ème confinement plus difficile...

Lors du premier confinement, la plupart d'entre nous a "tenu bon" et fait preuve d'une (très) grande résilience. Cloîtrés malgré nous, nous avions en très grande majorité une peur bleue du virus qui a contribué à nous faire avaler la pilule du confinement. En outre, les premiers jours de sidération passés, nous avions largement appris à prendre notre mal en patience (quand c'était possible). Et avions développé des trésors de vitalité pour s'adapter à cette situation inédite. Le deuxième confinement s'est révélé un peu plus difficile : 54% d'entre nous (seulement) affirmaient bien vivre la période.

... mais compris

Pourtant, nous n'avons généralement pas remis en cause ce deuxième confinement puisque 80% d'entre nous l'estimaient parfaitement justifié pour faire face à la deuxième vague. 83% des répondants pensaient même que le gouvernement aurait dû réagir plus tôt. De nouveaux reclus chez nous en novembre, nous étions moins effrayés par la maladie que par ses répercussions (seuls 14% des répondants disaient en avoir encore vraiment peur). Il faut dire qu'entre temps, on a progressé dans la connaissance du virus, on voyait se profiler les premiers vaccins...

Effets collatéraux

Le fait est que, durant le deuxième confinement, on a commencé à prendre la mesure des effets collatéraux de la maladie. De fait, l'inquiétude est encore montée d'un cran chez plus de la moitié des personnes interrogées. Aujourd'hui, nous sommes tous, ou presque, très inquiets, préoccupés à 92% pour l'avenir du monde et l'économie de notre pays... plus encore que par la santé de nos proches (88%).

Oui au télétravail mais...

Au quotidien, tout le monde a tenté de s'adapter tant bien que mal une nouvelle fois. Avec le soulagement, pour les 3/4 des parents, de pouvoir envoyer leurs enfants à l'école lesquels ont vécu plutôt sereinement cette période : il s'avère que c'est beaucoup plus facile de travailler à la maison sans bambins dans les pattes ! Même si 70% des répondants sont favorables à une généralisation du télétravail, ils sont nombreux à émettre des réserves. Deux tiers d'entre eux jugent en effet que le travail à distance favorise l'isolement social et près de la moitié estiment qu'il est nécessaire de séparer vie privée et vie professionnelle.

Nos habitudes changent

Nous avons également repensé notre façon de faire nos courses. Un quart des répondants effectuent plus souvent leurs achats sur le net et 60% se rendent moins souvent en magasin, d'autant plus rassurés qu'il y a, dans les boutiques, du gel hydroalcoolique à disposition, des écrans de protection aux caisses et une personne qui veille au respect des mesures sanitaires. Vous continuez à venir nombreux dans les pharmacies wellpharma et 90% d'entre vous sont satisfaits du service en officine, mais aussi des solutions qui vous facilitent la vie comme l'envoie d'ordonnance ou le Click & Collect qui connaissent un succès grandissant.

Et demain ?

La période que nous traversons n'est pas très propice à la projection dans l'avenir. C'est sûr : il y aura un "avant" et un "après" crise du coronavirus. Parmi tout ce que nous aurons appris figureront les gestes barrières parfaitement adoptés par les répondants. Les tests, désormais à la portée de tous, font leur chemin dans la population : 30% des répondants se sont déjà fait tester, de leur propre chef ou sur ordonnance de leur médecin. Pour augmenter encore les capacités de test, les pharmaciens sont désormais intégrés au dispositif et, depuis le mois de novembre, sont autorisés à pratiquer les tests antigéniques. Un tiers des répondants est prêt à se faire dépister en pharmacie. Essentiels, tests et gestes barrières ne suffiront toutefois pas à éradiquer le virus... Avec l'apparition des premiers vaccins, les répondants sont toutefois partagés entre l'espoir et la crainte d'un produit élaboré "dans l'urgence". Au printemps, 75% des personnes interrogées se disaient prêtes à accepter un vaccin contre la Covid-19 ; aujourd'hui, 52% d'entre elles sont prêtes à se faire vacciner.

Découvrez l'Observatoire wellpharma et les résultats de cette enquête exclusive Covid-19 Acte 2 en cliquant ici.

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
L'Observatoire wellpharma